Guide d'achat

La norme NF des appareils sanitaires

La marque NF apposée sur un produit atteste que celui-ci est conforme aux normes le concernant et éventuellement à des prescriptions techniques complémentaires demandées par le marché.

Les caractéristiques fixées et contrôlées par AFNOR certification sont précisées dans des chaires des charges appelés Règles de Certification, élaborée en concertation avec les fabricants, les distributeurs, les associations de consommateurs, les laboratoires et les pouvoirs public.

Les règles de Certification concernant les appareils sanitaires sont identifiées par le numéro 017.

Le CSTB (Centre Scientifique et technique du bâtiment), la SFC (Société Française de Céramique) et le LCIE (Laboratoire Central des Industries Electriques) effectuent les essais pour les produits et les audits des unités de fabrication dans le cadre de cette application.

Sur quels produits se trouve la marque NF ?

La marque NF-Appareils sanitaires est apposée sur les produits suivants:

-Lavabos et lave-mains (céramique)

-Bidets (céramique)

-Receveur de douche (céramique, acier, fonte, matèriaux de synthèse)

-Evier (céramique, acier, matèriaux de synthèse)

-Baignoire et baignoire à brassage d’eau (fonte, acier, matèriaux de synthèse)

-Vasque et plan de toilette (céramique, matèriaux de synthèse

-Cuvette de WC avec ou sans réservoir de chasse attenant

-Réservoir équipé

-Appareil sanitaire pour collectivité

-Bâti-support

-Pack WC

-Parois de douche

Qu’apporte la marque NF ?

La marque NF-APPAREIL SANITAIRES certifie la conformité des appareils sanitaires au Règles de certification R017 approuvées par AFNOR Certification.

Cela garantit:

>Que les appareils sont réalisés dans un matèriau ayant les qualités correspondant à son usage normal, c’est à dire:

       .Résistance aux produits de nettoyage réservés à cet effet.

       .Résistance au contact de produits chimiques non prohibés (les produits pour retirer les tâches de rouille en général à base de sel de fluor sont prohibé totalement à proximité des appareils émaillés.

>Que les appareils suspendus ont la solidité requise pour l’usage auquel sont destinés.

>Que les appareils ont des dimensions et des côtes qui permettent d’une part leur raccordement avec la robinetterie d’alimentation et de vidage et d’autre par leur remplacement.

>Que la forme du fonc de la cuve (lavabos, bidet, receveur de douche, évier, baignoire ect...) est conçu de façon a assurer, lorsque la bonde est ouverte, l’écoulement de l’eau sans stagnation.

>Que l’ensemble cuvette-réservoir équipé répond aux contraintes:

      .Protection du réseau d’eau potable

      .Lutte contre les nuissances sonores

      .Efficacité des évacuations et rinçage des parois

      .Hygiène

      .Economie d’eau lorsqu’un mécanisme "économiseur NF est monté"

>Que les baignoires balnéo sont conformes tant sur le point de vue électrique que sanitaire

>Que les parois de douche sont certifiées conformes pour les caractéristiques suivantes:

      .Facilité de nettoyage: tout volume doit être accessible

      .L’étanchéité au jet d’eau

      .L’endurance de 30000 cycles d’ouverture des fermetures des portes

      .La sécurité: absence de cassure et de déboitement en cas de choc contre les parois (verre sécurit)

Les produits marque NF sont donc aptes à répondre à l’usage auxquels ils sont destinés.

Écologie

La terre, planète bleue, est constituée d’eau au 3/4 de sa surface, mais cette quantité d’eau est salée ou non potable à plus de 99 %. Ainsi, l’eau douce des lacs, des ruisseaux, des rivières et des fleuves représente moins de 0.01 % des réserves en eau du globe. Cette ressource est très précieuse, c’est pour cela que l’économiser c’est la préserver, c’est nous préserver. A l’heure où les économies d’eau deviennent une préoccupation majeure, il est devenu primordial de concevoir des produits de sanitaire à consommation économique contribuant au respect de l’environnement.

Les fabricants dans ce domaine ont développé de nouvelles innovations en terme d’économie. Tout d’abord pour les WC, les mécanismes de WC à double commande pour un petit et grand volume de chasse. Ce système permet d’économiser jusqu’à 35 m3 d’eau par an pour une famille de 4 personnes soit près de 100 €.

Les réducteurs de débit sont à mettre sur les robinets de lavabos, évier, et douche. Ils permettent une économie d’eau de l’ordre de 25 %... bien souvent, le confort d’utilisation n’est pas altéré. Pour la douche, des douchettes économiques existent également. Les douches traditionnelles ont un débit moyen allant de 12 à 40 L/min. Il s’agit de matériel très gourmand en eau. Une douche de 5 minutes pouvant ainsi consommer de 60 à 200 litres d’eau... Les douchettes économiques vont réduire la facture.

Utilisez de la robinetterie de bonne qualité, plus chère à l’achat, mais économique à long terme. Les nouvelles robinetteries sont équipées de commande double débit, cela permet d’une simple pression de passer de 50 à 100 % du débit. Certains mitigeurs sont équipés de cartouche à débit et à température réglable pour un plus grand confort et de sécurité contre les brûlures. La robinetterie électronique et à temporisation est aussi un bon moyen de faire des économies.

Attention aux produits importés d’Asie, ils ne sont souvent pas aux normes NF ou Européennes, mal usinées, aucun traitement anti-calcaire et anti-bactéries, et surtout pas très économique au fil du temps. Le seul avantage est bien sûr son prix d’achat, mais quand on y regarde de plus près !! On y est souvent perdant, surtout que certains produits européens très fiables et de bonnes qualités restent très abordables aujourd’hui grâce au net.

Crédit d’impôt

Des crédits d’impôt sont accordés aux propriétaires, locataires ou occupants à titre gratuit, s’ils s’acquittent de certains travaux entre le 1er janvier 2005 et le 31 décembre 2009.

Les travaux doivent être réalisés dans la résidence principale (neuve ou ancienne selon les équipements concernés) par des entreprises.

A titre de justificatif, les impôts demandent les factures des entreprises ayant réalisé les travaux ou attestations fournies par le vendeur ou le constructeur en cas de logement neuf.

S’ils excèdent l’impôt dû, ces crédits sont reversés par le Trésor Public.

Crédits d’impôt en faveur du développement durable.

Les équipements concernés sont fixés par une liste publiée par arrêté et reproduite à l’article 18 bis de l’annexe IV au Code Général des impôts (CGI) (à consulter par exemple sur le site www.legifrance.gouv.fr ).

A ce jour, les équipements de production d’énergie concernés utilisant une source d’énergie renouvelable, quelle que soit la date d’achèvement du logement, sont les suivants :

  • Equipements de chauffage ou de fourniture d’eau chaude sanitaire fonctionnant à l’énergie solaire et dotés de capteurs solaires avec certification CSTBat, Solar Keymark ou équivalente.
  • Equipements de chauffage ou de production d’eau chaude fonctionnant au bois ou autres biomasses dont le rendement énergétique doit être supérieur ou égal à 65 % selon les référentiels des normes en vigueur, tels que les chaudières autres que les chaudières à basse température et les chaudières à condensation éligibles en tant que telles à l’avantage fiscal, dont la puissance est inférieure à 300 KW et répondant aux normes NF EN303.5 ou EN 12 809.

Montant du crédit d’impôt en faveur du développement durable.

  • 50 % pour les équipements de production d’énergie utilisant une source d’énergie renouvelable et de pompes à chaleur.
  • Il est accordé dans la limite d’un plafond de dépenses pluriannuel (période allant du 01/01/2005 au 31/12/2009) de 8 000 € (célibataire) ou 16 000 € (couple).

Ces montants de plafond sont majorés de 400 € par personne à charge.

  • Seul le prix d’acquisition des équipements est retenu pour le calcul du crédit d’impôt ; la facture ou l’attestation qui vous est remise doit mentionner clairement le prix de ces équipements ainsi que leurs caractéristiques de performance.

Pourquoi La basse température ?

Afin d’honorer les engagements de la France dans le protocole de Kyoto, qui entré en vigueur à partir du février 2005, le gouvernement s’est engagé à réduire considérablement les émissions de gaz carboniques.

Pour lutter contre la croissance des gazs à effet de serre, un plan Clinat a été mis en place pour améliorer la performance énergétique des bâtiments. Une première version de cette réglementation thermique a été réalisée en 2000 avec la RT2000 et ensuite renforcé en 2006 avec la RT2005.

Les producteurs générateur de chauffage (chaudière, pompes à chaleur, panneaux solaire) doivent adapter leurs produits afin de réagir à cette évolution de marché. Parrallèlement, les producteurs d’émetteur de chauffage (radiateurs, plancher chauffant) doivent faire évoluer leurs produits pour répondre favorablement à ce phénomène.

L’utilisation d’une installation de chauffage à basse température n’implique pas seulement de chauffer un bâtiment mais aussi de répondre à ces attentes environnementales, telles que la lutte contre l’effet de serre et la réduction des consommations énergétiques.